Le compte-rendu de leur passage précédent du 6 décembre se termine par :

« … et déjà nous savons qu’ils passeront dans les étages à Noël »

 

Noël 2019, ehpad Annie Girardot

 

Comme promis, Simon Winsé et Adama Ouédraogo sont revenus en étage, dans les salles de restaurant, pour dire de nombreuses fois « Joyeux Noël » aux résidents de l’ehpad Annie Girardot qui n’avaient pu les voir le six décembre dernier.

Chaque fois, une demi-heure intense qui commence par l’arc à bouche, sa présentation et son histoire … déjà l’attention du public a changé, en peu de temps l’arc meurtrier devient un instrument de paix, de vivre ensemble, la subtile et puissante sagesse ancestrale se dévoile et emporte l’adhésion de tous.

L’énergie à la fois ensoleillée et mystérieuse de l’Afrique commence à envahir l’espace, puis, à l’aide de sa flûte traversière peuhle Simon nous montre comment les gens qui travaillent dans les champs s’interpellent… une note puissante suivie du prénom, avec une démonstration immédiate en plein Paris… qui pose des sourires sur le visage des interpellées.

Adama commence à la flûte et Simon l’accompagne de sa seule voix qu’il adoucit, comme pour un message d’amour, celui de rendre à tous ces ‘anciens’ ce que ses propres ancêtres lui ont transmis. Ils se lèvent et vont vers chaque résident, tout près de chacun qui reçoit ainsi une sorte d’aubade des tropiques.

Puis c’est la kora de Simon et la kalimba d’Adama quand le temps ne s’est pas trop étiré. Au quatrième étage il est déjà dix-sept heures, deux heures passées à voir des résidents l’œil vif, des personnes qui ne peuvent s’empêcher de parler soudain s’apaiser et marquer la mesure en tapant dans leur mains, les soignants attachés au bien-être des résidents aller les convaincre de venir et insistant pour qu’ils restent … et voir leur contentement à la fin.

Mille signes marquent ces véritables rencontres, de celles qu’un francophone peut faire au Burkina Faso, où il n’y a pas d’étranger, de personnes différentes, mais l’hospitalité, le respect de l’autre et la musique ouverte à tous pour vous accueillir.

Les instruments remis dans leur housse, tout le monde s’accorde pour dire qu’une demi-heure est le temps optimal pour ce type d’animation, que le programme a trouvé un équilibre et une harmonie entre musique et conte qui non seulement captivent les attentions les plus perturbées, mais amène apaisement et sourire, une forme du temps tout en légèreté, cela a pu s’établir à chaque étage, car nos deux artistes, s’ils ont joué le même programme ont à chaque fois donné un spectacle différent.

 

 

 

 

 

 

 

© memneuroo.org depuis 2015, et, © aplomb-et-yoga.org depuis 2018, sont les domaines de l’association Loi 1901 « Aplomb, Yoga & Créativité — AY&C »